Foire Aux Questions

 

Cette FAQ a été créé à partir des réponses données par les luthiers présents sur le groupe de discussion

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le frettage, c'est vraiment la galère?

Pour le frettage , la partie bois me plait , j'ai une boite à coupe maison en bois et j'entaille à la scie japonnaise , après çà me plait beaucoup moins :
Je précise que je frette la touche avant de la coller sur le manche ce qui n'est pas la bonne méthode je sais (çà cintre la touche ) donc qd on la colle il faut l'aligner contre un bon gros bout de bois dégauchi si on veut conserver un manche droit et serrer le tout .
J'ai bien trop peur d'abîmer l'instrument en frettant à la fin je ne l'ai fait qu'une fois. j'ai abandonné le marteau trop violent ! en fait je me fais une presse bricolée avec un serre joint (souvent la tête des bons serre-joint est creuse côté verin mobile et ce trou correspond au diamètre de la queue d'un accessoire stewmacdo ) : http://www.stewmac.com/shop/Tools/Special_tools_for:_Fretting/Fret_Pr...
Je fixe mon serre joint verticalement sous mon établi côté tête fixe et çà me fait une presse primitive mais j'ai toujours peur qu'une frette rentre en tavers c'est vrai que c'est délicat et stressant et l'ébène s'ébreche assez facilement ds ce cas .Et là je ne parle pas des frettes de mandoline : un vrai cauchemar c'est tout petit çà tourne sous la presse c'est dur il faut parfois les coller à la cyanolit !!! F Bordois

Le fret tang nipper est un outil intéressant qui permet une finition soignée des bouts de frettes.qu'il est beaucoup plus simple d''araser
http://www.stewmac.com/shop/Fretting_supplies/Pullers,_nippers,_sizin...
Il facilite la mise en place de filets de touche et pour les touches simples limite le travail fastidieux de finition. Les avis sont partagés sur fretter avant ou après collage de la touche , en étant plus pragmatique qu'académique je préfère fretter avant et coller sur un manche précontraint.
Je confirme pour des diapasons courts mandoline balalaika mandole, le frettage est un mauvais moment à passer Pour mon banjo diapason 54cm j'ai craqué et pris des frettes pour guitare. L'essayer c'est l'adopter pose avec un maillet à tête en polycarbonate qui ne déforme pas la frette. Un peu de cyanolit de temps en temps si ça foire. M Clavier

haut de page

 

 

 

A propos de frettage, que pensez vous de la frette zéro ?

Mon argument en faveur de cette frette 0 c'est:
-Le son est identique sur toute la guitare à vide comme cordes appuyées
-la hauteur est forcément bonne certains surélèvent ou mettent une frette plus épaisse.si l'angle de manche est correct ce n'est pas nécessaire
-c'est plus facile à faire et cela demande moins de matériel ( limes spécialisées) limer un sillet demande beaucoup de précision.
Pour la tradition ce sont les italiens qui ont commencé, Maccaferrri a importé cette pratique chez nous avec ses Selmers mais on doit trouver d'autres exemples .
Je n'y vois que des avantages et certains vendeurs (ce n'est pas une référence) s'en servent d'argument de vente. P Allard

haut de page

 

 

Le manche de ma basse frise, en particulier à partir de la 12ème case, comment régler le truss-rod?

Je peux essayer de donner ma méthode pour le réglage de manche. C’est une technique qui a fait ses preuves et elle marche aussi bien pour les guitares, les basses que pour les instruments du quatuor (donc sans frettes).

Christophe parle de mettre son manche droit ou plat, ou plutôt : rectiligne. Ben c’est la première chose à ne pas faire. En effet un manche doit avoir un léger arc-boutement, c’est LA BASE. Donc, la première chose que l’on fait avant de toucher aux hauteurs de sillet ou au de chevalet : on contrôle l’arc-boutement du manche.( voir photos)

Il doit y avoir 4 /10 de millimètres à la 7ième case pour une guitare de 14 cases hors caisse et à la 5ième pour une de 12 cases hors caisse. Pour les électriques c’est idem.

Pour les basses c’est plus de 4/10 de millimètres, les cordes ayant une plus grande amplitude. Grosso-modo, plus le diapason est long, plus la côte d’arc-boutement est importante. On rajoute 1/10 par tranche de 100mm au dessus de 600mm. Donc pour une « jazz bass » dont le diapason est d’environ 850mm, on peut compter 6 à 6,5 /10.

La côte d’arc-boutement se prend avec un jeu de cales de mécano, cordes en place et accordées (si possible cordes neuves) ! Le réglage se fait en actionnant le truss rod.

  

Une fois l’arc-boutement réglé, on règle la hauteur des cordes au sillet de tête. Là on utilise aussi le jeu de cales de mécano, la côte est de 1,4mm sur la corde Mi grave et La, puis de 1,3 sur les autres. Le réglage se fait toujours cordes accordées car ce n’est pas la profondeur des fentes qui font 1,4 ou 1,3, c’est bien la distance entre le dessous de la corde et la touche au droit du sillet, or les cordes à la sortie du sillet de tête sont légèrement arc-boutées vers le haut à cause du rayon infligé par le renversement de la tête. Là aussi les cotes de 1,4 et 1,3 peuvent être revues en fonction du renversement de la tête et du tirant de corde. Plus la tête est renversée et plus le tirant est fort, plus il faut augmenter la hauteur au sillet. Les hauteurs au sillet peuvent être réduite de 5 à 6/10 pour les touches non frettées.

Une fois la hauteur de corde au sillet réglée, on peut régler la hauteur du sillet de chevalet ou des pontets. On règle le mi aigu ou le sol sur une basse, en prenant la cote avec une carte de visite ou le « metric string action jauge » de chez Stewmac (voir photos). Là je ne donne pas côte la fourchette est trop grande, car elle dépend du degré de tolérance du guitariste face au phénomène de frisage… Inutile que je précise que vous devez relever le sillet ou pontet jusqu’à ce que le frisage disparaisse. On fait la même chose sur le Mi grave, puis on règle les autres cordes avec une cale à radius (suivant celui de la touche) ou à l'aide d’une règle plate pour les classiques.

Voilà, ceci est la méthode que j’utilise, mais il y en a d’autres certainement ? Mais, vu le nombre de gratte que je règle, je peux vous assurer qu’elle marche !

Je le répète, l'action du truss-rod se règle avec les cordes accordées et une règle, c'est le seul moyen de vérifier s'il est en force ou pas.

Avec un truss-rod double effet, on se fout un peu que la touche soit arc-boutée vers l’avant ou vers l’arrière. Mais il est évident que quand on réalise une touche, on la fait rectiligne. C’est d’ailleurs plus facile à faire qu’une touche incurvée… Mais quand on monte des truss-rods simple effet, on met le manche légèrement en tension à l’aide d’une cale lors du collage de la touche afin d’assurer un arc-boutement sans la tension des cordes car certains tirants faibles n’arrivent pas à réaliser l’arc-boutement nécessaire uniquement avec la tension. C’est surtout le cas des guitares à cordes nylon, qui de surcroit, n’ont pas souvent de truss-rod.

Mais dans ton cas, vu qu’il s’agit d’un manche anciennement frété je pense qu’il faut revoir tous les fondamentaux. Déjà la hauteur au sillet doit être au minimum de 8/10 de millimètre et surtout, il ne faut pas lésiner sur la hauteur du chevalet, surtout si tu as monté des cordes à tirant faible. Si tu as un comparateur (modèle pépitas) monté sur socle magnétique, tu peux essayer de mesurer l’amplitude de ta corde mi. Tu places l’aiguille au centre de ton diapason et tu l’actives avec un le pouce. Tu regardes l’amplitude de déplacement sur ton comparateur, si elle est supérieure à ta hauteur de corde à la 12ième, tu dois relever ton pontet.

Tu peux diminuer l’amplitude de tes cordes en montant des tirants plus fort.

Il ne faut pas être trop exigeant avec les basses fretless, le frisage n’est pas forcément désagréable, ça fait plus jazzy. Certes pour faire du reggae, ou du rock à Billy le frisage est mal venu, et là les joueurs ne lésinent pas sur l’action : 5 à 6mm ça les dérange même pas, pourvu que ça frise pas un pet !
Tu peux ré-usiner ta touche avec une cale à radius en alu de chez Stewmac, car effectivement si tu as une bosse quelque part, ça va friser, c'est certain!

Plus de précision sur mon blog: http://kerleoguitare.blog4ever.com/blog/index-83493.html

J Kerléo

 

 

 

 

Quand on parle de compensation sur le chevalet, qu'est ce que cela veut dire au juste ?

Quand on appuie sur une corde pour donner une nouvelle note grâce aux frettes on tend cette corde. Or en rajoutant de la tension on change sa tonalité, c'est bien grâce à cette tension réglable qu'on accorde l'instrument. D'où le fait que pour donner plus de justesse à l'instrument, on doit « tricher » sur la longueur exacte du diapason. Comme les cordes aigues sont plus élastiques (pour faire simple et ne pas rentrer dans les formule avec le module Young. ) que les cordes basses, la compensation est moindre du coté de la chanterelle que du mi grave. Mais comme le module de Young de chaque corde est différent, la compensation devrait être réglée individuellement, ce qui n'est pas le cas des chevalets des Selmer où la compensation est approximative.

Le module élastique d'une corde nylon est tellement plus grand que celui d'une corde acier (combien de tours de mécanique ne faut-il pas faire avant d'avoir l'accord ?), qu'il n'y a quasiment pas d'élévation de la tonalité lorsqu'on appuie sur une corde et de plus l'élasticité de la mi chanterelle est presque la même que celle du mi grave (toutes les cordes nylon d'une guitare classique sont à peu de chose près du même diamètre), donc pas d'inclinaison du chevalet sur les classiques.

Tu comprends maintenant que plus l'action de la guitare est haute et plus tu imprimes de tension à la corde et plus elle est aurait besoin de compensation.

Plus le tirant d'une corde est fort, plus son module élastique est faible, et plus la tension élève la tonalité, donc il faut compenser d'avantage.

Pour régler une Selmer, j'approche le chevalet au diapason moins 3 mm, j'accorde les cordes et à l'aide d'un accordeur électronique, je fais sonner l'harmonique de la 12 ième case, l'aiguille de l'accordeur doit être pile poil à la verticale sur la note mi, ensuite j'appuie sur la douzième case et je joue la note de l'octave, là l'aiguille va dévier vers la droite car j'ai augmenté la tonalité. Je recule le chevalet et je réaccorde et je recommence la même manip jusqu'à ce que l'aiguille de l'accordeur reste bien verticale corde à vide ou corde appuyée sur l'octave. Il faut procéder de la même façon pour le mi grave. On ne peut pas arriver à une parfaite exactitude car la largeur du chevalet du plan est un peu juste, mais on est pas si mal que ça ! J.F. Kerleo

haut de page

 

 

Quel bois choisir pour la touche?

personnelement, je préfère le palissandre juste question de goût, j'aime bien aussi que le chevalet soit assorti à la touche, donc palissandre pour les deux! le problème avec une touche mal sciée, c'est qu'elle risque d'éclater au moment du frettage, si t'essayes t'enlever une frette mal posée par exemple.
J'ai essayé le noyer pour une touche de mandoline c'est pas top, pas assez dur. Le noyer amorti bien les chocs, c'est pour ça qu'on s'en sert pour faire des crosses de fusil!
Le buis serait bien aussi mais comme il est clair il est salissant! Au niveau du son ça n'a pas directement d'impact à mon avis, c'est plus au niveau du toucher ce qui peut influencer la façon de jouer... JL Gagne

et bien je vais faire un peu le contrepoids ,je préfère l'érable sur guitare électrique et basses (sauf fretless) . pour le confort de jeu je trouve que ça "glisse mieux" .ahhh une vieille strat avec manche érable hummm!!! . bon je vous accorde que niveau durée dans le temps l'érable va demander plus de soins que le palissandre, mais tant pis . Et quand je regarde mes guitares je m'aperçois que j'ai un seul manche érable et onze palissandre ........
ça doit être le paradoxe ariégeois ....... P Bonotto

Pour les bois exotiques je préfère l'ébène à condition de prendre du premier choix et pour des raisons trés personnelles : la poussière de palissandre me couvre la peau de plaques rouges du plus bel effet et je ne parle pas des voies respiratoires ; avec l'ébène je ressent moins ces désagréments mais les deux sont réputés toxiques de toutes façons. c'est dommage car je trouve que le palissandre est plus facile à travailler.
Ma mandoline n°4 aura une touche en buis que je vernirai sans doute avant le frettage pour éviter de la salir en jouant . On peut aussi travailler le buis à l'acide nitrique (attention !!!) qui lui donne une belle couleur orangé juqu'à brun selon la durée du contact.( voir chevilles et cordier de violon de haut de gamme ou encore hautbois traditionnels du poitou) Le buis est trés agréable à travailler et plus dur et dense que la plupart des ébènes vendus pour les touches.L'ébène du mozambique vendu en carrelets pour le tournage (cornemuses clarinettes etc) est souvent plus dur que l'ébène de touches de Kauffer par exemple) J'essaierai un jour de faire une touche en cade (geneviers rouge ) c'est dense et dur aussi et les veinages sont trés beaux F Bordois

En ce qui concerne le bois des touches j'ai utilisé jusqu'à présent du palissandre et de l'ébène. Je pense que cela dépend de ce que l'on veut en finalité que ce soit au niveau du son et/ou de l'esthétique.
Pour ma future basse qui sera en noyer, donc un peu sombre, je vais utiliser de l'érable ondé pour faire un contraste.
Sinon j'ai du palissandre de Rio pour lequel je n'ai pas encore de projet et du Gaïac. Je n'ai là non plus rien prévu pour l'instant.
C'est dur comme du béton et j'ai un peu peur pour mes outils même si la planchette est déjà à la bonne épaisseur. Par contre ça doit-être inusable!!! J Paolati

haut de page

 

 

Avez vous déjà expérimenté du padouk comme bois de touche ?

Les qualités: un trés beau bois abordable !
Les défauts: quand on le travaille il fait une poussière comme le Safran, et cela se colle partout, l'Horreur!!...ensuite si on huile et on cire ce bois (comme j'ai l'habitude de le faire), il a un facheuse tendance a laisser sa couleur partout sur les doigts et sur les vétements .. Donc a utiliser avec un vernis .. (j'ai pas éssayé) P.Martines

 

Le padouk devient de toute façon brun avec les uv. Il perd de sa magie. Pour la touche il aura avant tout un role mécanique de rigidificateur. L'influence sur le son acoustique est anecdotique; sur un instrument à capteurs électromagnétiques , on lui attribut un apport de fréquence dans les haut médium et du sustain.

En finition, l'huile dure BIOPIN (100% végétale) est une finition qui imprègne et durcit considérablement le bois. Le bois n'est pas huileux car la finition devient cassante, donc pas de réaction dissipative mais réflexive. Le but serait alors de chercher un apport en densité du bois (trois couches). La finition est plus résistante qu'un vernis cellulosique.

Attention, il ne faut pas utiliser cette finition pour le corps. T. Kervern

 

On ne peut rien faire contre les UV avec les essences comme le padouk , il fonce quelque soit le produit de finition, mais la teinte finale est agréable Sur le plan densité il est entre l'ébène et le palissandre et mécaniquement il apporte un réel soutien à la rigidité du manche.
Reste la difficulté importante des pigments qui migrent et tachent, c'est un réel problème Sur des pièces de padouk brutes agées de 5 ans il semble que le phénomène soit atténué. M. Clavier

 

Non le phénomène ne s'atténue pas, je me demande même si il ne monte pas en intensité .. j'ai fait une basse avec un dos en padouk, un manche en padouk, avec dessus une table en érable ondé, et une touche identique, et tout devient rose avec le temps, même les vêtements que l'on porte, c'est l'horreur ..
Dommage car le son est vraiment au Top ...Et pourtant le bois que j'ai utilisé n'était pas jeune au contraire .. bien sec etc............... P. Martines

 

haut de page

 

 

 

Quels sont les différentes sortes d'acajous ?

 

A l'origine l'acajou est une appellation réservée à des plantes d'Amérique : les swietenia. il y en a plusieurs qui ont des densités différentes ou des homogénéités différentes. Friedrich trouve que les origines jouent beaucoup dans l'homogeneité.

Depuis peu il y a aussi un acajou dit d'Afrique. Ce sont les Khaya. Des méliacés aussi comme en Amérique. Le khaya est moins homogene que les swietenia, ils ont de plus des petits contrefils.

Acajou est une appellation commerciale qui regroupe donc differentes espèces végétales, pas au point de l'ébene où les espèces regroupées sous cette appellation sont botaniquement parfois éloignées. L'acajou (Swietenia. mahogani, macrophyla, humilis) sont protégés par l'annexe 2 du C.I.T.E.S. il y a donc 250 bois rouges qui prétendent à cette appelation commerciales. Pourtant on ne peut pas comparer un acajou de Cuba (S mahogani) ,densité 0.45/0.6, avec un tali, 0.8/1.1, ou avec un sapeli, 0.6/0.75. Plus léger, le Cuba est plus fin et plus rigide qu'un sapéli. T. Kervern

 

haut de page

 

 

 

 

Quelle colle utiliser pour la touche?

Petite suggestion d'un adepte des instruments anciens! Colle la touche avec de la colle d'os! C'est aussi solide que les meilleures colles synthétiques, et s'il y a le moindre problème, un coup de sèche-cheveux (réglage fort) et ça se décolle tout seul!! (les guitares baroques étaient, comme tous les instruments de l'époque, collées à la colle d'os, et il en reste un bon nombre en état de jeu...)
Par ailleurs, je signale le cormier comme excellent bois de touche... P Rik

 

Etant essentiellement un luthier pour les violons, je suis aussi d'avis de coller la touche avec de la colle d'os, je ne pouvais imaginer autre chose... Mais ne nous leurrons quand même pas... cela reste difficile de décoller une touche même avec de la colle d'os. Mais je vous livre un petit truc qu'on utilise avec les touches de violons... je creuse une petite rigole à l'envers de la touche avant de la coller. Quand je veux la décoller je remplis une seringue d'eau bien chaude ( un chauffe-biberon est l'idéal) et je place la seringue au début de la rigole et je projette l'eau dans celle-ci... ça aide vraiment au décollage ( mais pas pour les avions !!) J'ai rencontré quelques luthiers pros qui pratiquent aussi de cette façon ( mais pas tous...) Quand aux poussières ( d'ébène ou autres) j'ai à ma disposition un petit aspirateur de ménage qui m'aide énormément pour nettoyer ma table de travail...c'est aussi un petit " truc" mais en lutherie les petits " trucs" sont parfois bien utiles...
JM Liegeois

 

Voici quelques procédés empêchant la touche de glisser lors de l'opération de collage: Technique des pointes latérales exposée par Pierre epingles ou agrafes plantées dans le manche et coupées à 1mm et que l'on presse au serrage pour éviter les dérapages.
Epingles traversant la touche à l"emplacement de la 2è et 11è frette perçées à 1mm pour se planter dans le manche. On les arase à 3mm au dessus du manche avant de fretter .Lors du collage elles servent de guide pour repositionner la touche
Tourillon au centre du marqueur de touche à la case sol et ré ( un cure dents convient bien) Il permet un repositionnement précis lors du collage
Collage de 4 petits tasseaux de bois à chaque angle de la touche à la super glue, et qui maintiennent la touche lors du collage. Un peu de ponçage après.
Un tasseau long de chaque côté du manche doublé de papier cuisson pour éviter les adhérences et maintenu par des petites presses et la touche par des grosses.
Il y a l'embarras du choix ! M Clavier

 

Je n'utilise la colle d'os que sur les violons ou les instruments de prix et a condition de pouvoir coller rapidement mais pas sur ceux que je fais neufs. car pour la colle à chaud tout le dispositif de serrage doit déjà être en place et il faut être trés rapide si la colle est froide c'est foutu . J'utilise de la sader normale et aussi de la rapide selon le cas et j'ai décollé mes propres touches collées à la sader sans aucun problème eau tiède couteau fin à bout rond en acier au carbone (les anciens couteaux du dimanche qui rouillent et qu'on trouve ds les brocante) il faut une lame fine et souple .et seringue médicale.
J'ai testé aussi la titebond en réparation et je ne suis pas convaincu du tout deux réparations sur un waldzither ont lâché j'ai refait à la sader et là c'était bon. F Bordois

haut de page

 

 

 

Comment coller des filets en plastique?

je colle le filet en plastique avec du loctite en gel mais avant cela, je le travaille au décapeur thermique afin qu'il épouse au maximum les contours du corps de la guitare. Certains le colle à l'acétone, je n'ai jamais essayé... T.Cachera

Je viens d'avoir une réponse d'un ami qui a des liens avec un luthier canadien, la méthode est celle là: couper quelques éléments de ce que l'on doit coller en très petits morceaux, les mettre dans un récipient hermétique avec de l'acétone, le temps que la réaction chimique s'opère et l’on obtient un mélange onctueux qui servira de colle. J.F. Kerleo

Essayez la UHU ART en vente dans les magasins pour maquettes, je m'en sers depuis 10 guitares associée au papier adhésif de chez stewmac je n'ai pas trouvé mieux. P. Allard

 

haut de page

 

 

 

 

 

Je rate ma colle d'os une fois sur deux. Comment la préparer et l'utiliser?

Il faut mettre les perles avec une hauteur d'eau froide = 2,5 fois la hauteur des perles, laisser gonfler au minimum une heure, puis "cuire" au minimum 15 minutes au bain-marie à feu très doux. La colle est bonne quand il se forme un film en surface. Attention surtout à ne pas trop chauffer. D'autre part la moindre trace de graisse affaiblit le collage! Le simple passage d'un doigt sur le bois avant collage peut tout gâcher! (triste expérience...) P. RIK

Je fais avec un chauffe biberon et je ne réussis pas mieux. Moi aussi avec les boulettes oranges. Mon ami ébéniste qui pratique ça tous les jours me dit de chauffer les pièces au moyen d'une lampe, ça finit par coller mais pas vite comme ça devrait, alors il me dit de frotter les deux pièces l'une contre l'autre avec la colle entre les deux et il affirme que ça va bloquer rapidement. IL s'en sert pour bloquer rapidement des pièces de bois sur son établi pour raboter etc..

J'arrive à faire des collages avec le petit pot pré-préparé de chez HM diffusion (os+nerfs)
http://www.hmdiffusion.com/Colles-bois-et-autres-materiaux-863f.htm (colle forte pour ébéniste). Sinon dilué *2 ça peut aussi servir de bouche pore mais pas avec tous les bois. P Allard

J'utilise beaucoup la colle d'os pour la lutherie violon et je n'ai jamais eu de problèmes, voici comment je procède:

La veille, je fais tremper les perles dans le même volume d'eau ( que le volume de perles) Le lendemain, je mets le pot dans un chauffe-biberon: je laisse chauffer environ 3/4 d'heure ( sur le maximum) et quand je vois que la colle fait une petite peau, je l'enlève et cela deux fois de suite.La colle doit être bien liquide et le local chauffé. Après avoir collé, presser et ne plus y toucher pendant au moins 4 heures.Je n'ai jamais eu de déception quand à l'efficacité de ma colle, elle est miraculeuse et quand on doit la décoller; un peu d'eau chaude et on arrive à l'enlever....Le seul problème: c'est qu'il faut utiliser un bois poreux ( l'épicéa , l'érable, le tilleul ça marche). Mais si on doit coller de l'ébène, ça ne marche pas car la colle ne sait pas rentrer dans les pores du bois. JM Liégeois

mon ami luthier qui m'aide à fabriquer mon violon procède de la facon suivante: il utilise la colle nerf et os en pot de consistance pate dure, il utilise un chauffe biberon, il dilue avec de l'eau déminéralisée afin d'obtenir une colle assez liquide pour couler du pinceau sans gouter, il chauffe les bois avec une petite lampe à alcool, il préencolle les bois trés poreux ex. épicea, saule, en bois debout. Devant mon étonnement de voir la colle si liquide il me dit: on fait de la lutherie pas de l'ébenistrie.

Je peux certifier de la qualité de ses collages bien que j'ai encore du mal à bien doser le produit. A Hadjadj

Pour coller certains bois "exotiques" à la colle d'os, il faut parfois "dégraisser" la surface à coller avec de l'alcool à brûler avant collage... Je colle de l'ébène de cette façon sans problèmes... P. Rik

 

haut de page

 

 

 

 

Comment coller le chevalet sur une table sans ouïe?

Personnellement, je me suis fabriqué mes propres serre-joints, ou plutôt des rallonges pour les serre-joints classiques.
Ces rallonges sont démontables pour faciliter leur introduction dans la caisse de la guitare, deux petits clous placés dans la base du montant enserrent le montant du serre-joint permettant de diriger la rallonge sous le chevalet. Cela fait juste 3 petits bouts de bois, c'est très artisanal, cela donne l'occasion de jurer quelquefois mais cela fonctionne très bien.

 

Sinon, il existe des serre-joints plus longs qu'on peut se procurer notamment chez Pro Arte . Y Dupagne

 

C'est encore plus simple j'ai collé avant de monter le fond une autre fois j'ai posé le chevalet enduit de colle et j'ai mis un poids d'horloge dessus. P Allard

 

Variante Bretonne de la solution de Pierre le chevalet étant maintenu en place par deux tourillons.( je prends des piques en bois genre cure dents )
Les ailes sont lestées avec des plombs de ceinture de plongée sous-marine (2kg).
On les trouve notamment chez Décathlon 2 plombs de 1kg chacun suffisent si la semelle du chevalet est préalablement ajustée pile-poil au cintre de la table. M Clavier

 

haut de page

 

La cheville de mon violon accordant la corde de mi ne tient pas car il y a une fente qui fait que le trou se dilate. Comment vous vous répareriez ça ?

Moi, j'aurais mis de la Loctite dans la fente. M Côme

Une méthode classique pour "stabiliser" ce type de fente consiste à faire un minuscule trou depuis le haut de la joue (diamètre 1,5mm) perpendiculairement à la fente, puis à y enfoncer et coller une petite cheville d'érable bien ajustée. On arase ensuite le haut de cette cheville puis on masque le point avec une retouche de vernis...et cela ne bouge plus! P Rik

Une fente dans le cheviller doit être réparée à l'aide de la colle à chaud mais si elle est trop importante il faut mettre une pièce de bois en long à l'intérieur du cheviller et re-teinter pour qu'on ne puisse rien voir.... JM Liégeois

pas de loctite mais de l'érable simplement avec de la colle d'os à chaud et en plus il faut faire une sort de doublage par l'intérieur sur le principe d'une queue d'aronde pour que çà ne se rouvre pas. F Bordois

 

haut de page

 

 

Un ami m'a apporté sa guitare après un accident. Comment recoller la fracture au niveau de la tête?

 

 

La fracture est "belle ", elle sera pas compliquée à recoller, il suffit d'injecter de la titebond.
Pour se faire, tu vas à la pharmacie, tu demandes une seringue ( moyenne taille pour pouvoir bien pousser ), tu prends avec 2 trocards ( aiguille ) de chaque taille ( rose, bleu, vert suivant l'épaisseur de la fissure).
Le but est d'injecter la colle partout dans la cassure/fissure, l'idéal est de la faire "dégueuler", tu retiras le surplus avec un chiffon mouillé.
Ensuite il faut presser à l'aide de pince ou serre-joint, mais l'idéal et de retirer les mécanique, de fait une cale morte bien plate qui recouvre le plaquage avant de la tête ( assure le bon alignement d'origine ), tu le serres sur le derrière ( cale morte aussi ), ensuite vu ta cassure un autre serre joint près du sillet qui mort bien derrière pour remettre en place le "talon de tête ".
Surtout pense bien aux cales mortes ( j'utilise des morceaux de liège épais ) et bien nettoyer la colle qui bave au moment du serrage.
Si c est bien fait vu que le manche est satiné, ça sera presque invisible, sinon remet un coup de bombe cellulo sur l'endroit et passe de la paille acier 000.
Pour info avant d'injecter, je colle à la super-glue le trocart sur la seringue car la titebond étant épaisse, c'est très dur à pousser sur une aiguille bleu ou rose ( petit diamètre ) et comme ça l aiguille se fait pas la malle... après direct après réparation, grosse purge à l 'eau très chaude pour essayer de récupérer la seringue pour une autre fois. B Chapelier

Effectivement, comme l'écrit Ben, la fracture est propre, la tête non détachée donc elle va conserver son alignement. Dans ces cas là (et j'en ai eu plusieurs), il suffit souvent de faire "bailler" la fracture, sans trop tirer bien sûr, de bourrer de colle (à bois ou Titebond) et de serrer avec des serre-joints.
Pour ma part, j'utilise comme martyrs des rectangles de plexi pour les parties qui peuvent être en contact avec la colle et de CP bas de gamme pour le reste. Bien essuyer la colle qui reflue avec un chiffon ou une éponge humide (ça marche encore mieux avec de l'eau tiède), laisser sécher au moins 24h, voire 48, puis retirer au canif délicatement les éventuelles bavures de colle et finir à la laine d'acier 000 ou plus fin même. J Gruau

La titebond je la fais pénétrer sans seringue mais avec une paille. Je mets la colle et je souffle avec la paille pour la faire rentrer plus profondément. Aucun manche réparé n'a lâché depuis... P Bonotto

haut de page

 

 

 

Quels produits utiliser pour le bouche-porage?

Hm diffusion a un bouche pores en pate (disant consistance de pate à crèpe plutot) P. Servy m'a donné le tuyau ; on l'étale avec une vieille carte bancaire dont on se sert comme une spatule çà bouche plus vite qu'au tampon et c'est moins dur que l'epoxy (je deteste l'epoxy car j'ai fait trois bateaux bois epoxy et c'est produit toxique et irritant, surtout la poussière) F Bordois

 

Recettes anciennes de bouche pore: colle d'os diluée (deux couches avec ponçage intermédiaire) , blanc d'oeuf battu puis reposé 12 heures, gélatine alimentaire....
Préparation de la colle d'os:
- mettre 1 volume de "perles" dans 2,5 volumes d'eau, laisser gonfler au moins 2 heures
- mettre à chauffer au bain marie très doux jusqu'à ce que se forme une pellicule en surface (environ 15 mn)
- se conserve une dizaine de jours au frigidaire

utilisation en bouche-pores : 1 volume de colle pour 3 volumes d'eau (à passer tiède)
On peut colorer un peu le mélange avec de la chicorée, cela donne l'illusion d'un bois ancien.
Avant de sourire de ces "vieilleries", essayez les! (il en existe d'autres plus étranges...)
Cela marche très bien, même sur bois très poreux, et est compatible avec les vernis modernes! P Rik

 

Si je puis me permettre...je vais partager mon expérience dans ce domaine...j'utilise aussi un bouche-pore en lutherie violon même si le bois d'épicéa est un peu différent des vôtres...Le conseil me vient d'un luthier professionnel: je dilue de la gélatine alimentaire dans un peu d'eau chaude ( tiède...) et je place deux couches sur la table d'harmonie. cela bouche bien les pores du bois et la table reste très souple à cause de la structure de la gélatine.bien sûr je frotte ensuite avec des éponges abrasives ( 4000 à 8000).Je teinte ensuite très légèrement le bois et mets une couche d'huile de lin (ancienne) je place ensuite le violon à la lumière pour laisser sècher quelques jours( cela appronfondit les ondes du bois) puis je vernis... JM Liégeois

haut de page

 

 

 

Pour le vernis, quelle est la meilleure solution pour avoir un bon rendu sans que ce soit trop compliqué et pas trop cher?

le huilé ciré !!!!!!! c'est le mieux ............non je plaisante (à moitié ). mais je me suis posé la même question que toi et j'ai tout essayé sauf le pistolet (trop cher ) aucun ne m'a semblé insurmontable (le tampon est quand même délicat ) les bombes peuvent etre une solution mais il faut être trés patient et multiplier les couches fines (j'en ai mis jusqu'a 17 ) pour avoir un résultat honnête .Comme je ne veux pas investir dans un pistolet et une cabine avec aspiration et tout le toutim j'ai opté pour le huilé ciré comme Pierre Martines (vas voir ses basses !!!) tu peux avoir une finition presque brillante (un satiné brillant ) ou bien trouve un carrossier qui fait des vehicules anciens et demande lui de te faire un vernis , certains le font trés bien et trés épais ....P. Bonotto

 

Je dis comme Phyl, j'ai tout éssayé, enfin!! presque ... Le pistolet j'ai fait cela sur une violine (basse) 12 couches avec ponçage entre chaque, et pas de cabine aspirante .. donc avec le fusil a côté, pour guetter la redoutable bestiole qui se posera sur mon vernis (je fais de la tension depuis) Et puis j'ai découvert un jour le huilé ciré ... et là on dit stop a tout ces pu...... de produits toxiques, car c'est le pied au niveau du rendu ...

Par contre grosse mise en garde, par rapport à nos amis qui ont déjà voulu se lancer .. Jamais d'huile de LIN .. huile de teck OUI, et cire de carnauba, pour le brillant satiné, et si ta cire tu peux l'avoir directement en émulsion, c'est encore mieux ... P. Martines

 

La solution que j'ai adopté pour trois de mes guitares.

Bouche pore en pâte cellulosique HM Diffusion, étalé avec une carte plastique, puis ponçage
Vernis en bombe nitro cellulo de Leroy Merlin Luxens.

Appliquer des couches légères, les poncer au papier micromesh, en tout de trois à cinq couches, puis finir par un lustrage au polish auto.

Le résultat est très satisfaisant si on respecte bien les étapes. P. Drillon

 

Le problème du vernis me préoccupe aussi autant pour les meubles que pour les instruments.
pour l' ébenisterie j'utilise du bouche-pores liquide en 2 couches et poncage très fin et du vernis polyurethane dilué aux premieres couches puis de moins en moins, 5 couches mini et poncage très fin. Pour les instruments après de nombreux essais je vernis au tampon, gomme laque, alcool à vernir, pierre ponce en poudre, huile de vaseline et beaucoup d'huile de coude, 3 semaines avec plusieurs couches tous les soirs. Bon courage. A. Hadjadj

 

Le vernis est un sujet très large, mais avant tout culturel, dans le sens où par exemple, les instruments de quatuor sont toujours vernis au tampon, les tables d'harmonie des guitares classiques aussi, les folk et les manouches sont vernies au cellulosique, les guitares électriques plutôt polyuréthane.
Comme le type et la quantité de vernis déposé sur la table d'harmonie d'une guitare acoustique agi sur ces capacités vibratoire (l'effet couverture) si l'on souhaite s'approcher au plus prêt le son de l'instrument que l'on reproduit, le mieux c'est d'utiliser le même vernis. Il est vrai que pour les guitares électriques le problème ne se pose pas.

[...] Benoît de Bretagne m'a confié qu'il faisait un voile de polyurétane en guise de bouche pores qu'il ponçait ensuite jusqu'au bois avant d'appliquer un cellulosique.

Pour ma part, je suis équipé d'une cabine de peinture donc je peux choisir à ma guise le type de vernis à utiliser. Je préfère toujours l'aquaréthane en place du cellulosique ou du polyuréthane. Pour les classiques, je mixte l'aquaréthane pour la caisse et le manche et vernis au tampon pour la table, ou cellulosique pour les flamencas.

L'aquaréthane s'utilise en ébénisterie pour les parquets et escalier, c'est dire s'il est résistant. On peut l'employer au pinceau en deux ou trois couches avec égrainage entre chacune. Après 4 à 5 jours de séchage il est facile à poncer pour éliminer les traces de pinceau, au grain 400. Si on passe à travers on peut faire des rajouts ponctuels attendre à nouveau 3 ou 4 jours et après ponçage on ne voit pas les raccords. On peut aussi raccourcir le temps de séchage avec deux projecteurs de 500 w par exemple, en les laissant allumés prêt de l'instrument (60 à 80 cm) au bout de 24 heures, le vernis est suffisamment sec pour être poncé. Après ponçage je polis avec du 1000, 1500 puis le fameux Trizact de chez 3M que l'on peut remplacer par des pâtes à polir de grains 3000. Ensuite polish et huile de coude.

L' aquaréthane est un vernis pas trop cher, facile à utiliser qui ne sent pas mauvais et les outils se nettoient à l'eau. L'aquaréthane donne aussi un son particulier et de fait, confère une particularité à tous les instruments qui en sont revêtus.

J'utilise aussi l'huile teck et la cire Carnauba pour les manches de basse et de contrebasse. J. Kerleo

 

 

 

haut de page

Quel usage faire de l'huile dure BIOPIN (100% végétale)?

Le biopin convient très bien pour la touche, la tête... C'est une huile végétale pressée uniquement à froid, le siccatif est de l'écorce d'agrume. Elle est donne une finition brillante et dure .Je la déconseille pour le corps car elle est imprégnante (un atout pour les touches en bois fendif). De ce fait elle modifie les propriétés mécaniques et acoustiques des bois qui gagnent plus vite en densité qu'ils ne se rigidifient. Une table en épicéa avec des cernes bien marqués espacés de 3mm ( ce que j'aime car le son est ouvert et immédiat) répond bien car elle est rigide mais légère. Une finition biopin lui assurerait une très bonne protection jolie de surcroît. Cependant la table gagnerait trop de densité et perdrait ses propriétés acoustiques car l'huile est imprégnante. En fine couche je pense qu'elle arriverait même à isoler le bois ce qui empècherait les phénomènes de durcissement de la sève par oxydation et donc la bonnification du son en son vintage ce qui arrive chez les vielles tables de trente ans. T. Kervern

haut de page

 

 

Pour la table, quelle qualité de bois choisir, 1er choix ou les autres?

Bonne question! J'ai utilisé les deux et maintenant je prends du dernier choix et je trouve le résultat identiquement correct au niveau son. Certains disent que le dernier choix est plus sec parce que moins demandé quant aux fibres plus ou moins serrées on lit de tout, certains affirment que les fibres écartées donnent une table plus sonore, moins sèche, d'autres ne
voient que par le contraire. P Allard

 

Héhéhé!!! excellente question !!!
Le bois reste du bois .. ensuite il y a une question d'esthétique .. qui peut couter cher selon le choix ..
Pour ce qui est du 1 - 2 - 3 - ou autre, en choix on reste dans la coupe et le dessin, et pour ma part personnelle entre une table a 2OO euros Et une table a 8O eur dans le même bois choisi .. il n'y a juste qu'une question de couleur
et de veinage qui fait la différence .. je n'ai jamais vu de différence sonore flagrante .. du moins si elle existe, l'oreille humaine ne la perçoit pas .. ou alors je deviens vraiment sourdingue avec l'âge ... P Martines

 

Très bonne question!!!
Voici mon avis mais il ne concerne que la lutherie violon (ou alto) car je n'ai encore rien fait d'autre...
Je pense que le choix du bois est primordial dans le travail en lutherie...pour l'épicéa, j'essaye de choisir de l'épicéa fendu très serré et régulier avec des mailles dans l'autre sens que l'on voit très bien avec la réflexion de la lumière.J'ai choisi une fois un épicéa "chenillé" et le résultat sonore a été très impressionnant. Evidemment, le bois doit être le plus sec possible ( l'alto que je suis en train de faire a du bois de 15 ans...) mais il faut en trouver...En frappant la planche j'écoute la tonalité principale et je choisis plutôt un bois qui possède des belles harmoniques vers les graves..cela donne un violon avec un son chaud et profond..tout ça est une question de goût.Parfois en frottant la planche, on peut déjà dire bien des choses...L'idéal c'est de choisir sur place...
Quand à l'érable, je le choisis pour le look et je vérifie la sonorité de la planche après.J'aime aussi un bois léger mais pas trop non plus... JM Liégeois

 

Le bois des tables ??? Il faut je crois bien séparer la lutherie de violon et celles des guitares Jean Marie l'a déjà évoqué : le choix du bois pour un "violonier"c'est essentiel et c'est le plus long a acquérir (Le luthir 'pro) qui m'a fait mon violon a changé son stock de bois plusieurs fois car au début il a acheté des bois qui ne convenaient pas : il n'y a que l'expérience qui permet de dire celui là j'en veux et pas celui-ci , en plus les marchands de bois le savent bien et ne sortent pas les plus beaux pour les petits jeunes. F Bordois

 

Pour les violons ou les instruments à table sculptée ie bois doit être tip-top . Pour les guitares la table dépend aussi de la qualité du barrage que l'on néglige parfois Séchage , nature du bois et orientation de son fil qui jouera sur sa souplesse. J'avoue avoir commencé il y a pas mal de temps avec des tables en contreplaqué. Le fond et les éclisses aussi. Un bois massif de 3è choix sera nécessairement supérieur pour une table à du CTP. En revanche je persiste à penser que pour le fond et les éclisses le CTP a de réelles qualités à tel point que Ftiederich ou Bogdanovitch laminent leurs éclisses.
Sauf ambition esthétique particulière le 1er choix ne semble pas recueillir les suffrages en rapport qualité/prix. Le second choix serait un bon moyen terme , j'ai personnellement eu du 3è choix remarquable sur le plan du son bien que l'esthétique laisse un peu à désirer. Les prix du fournisseur sont aussi déterminants dans ce choix. Madinter est bien placé si on prend le temps de laisser le bois s'acclimater à nos climats respectifs. M Clavier

 

Je pense que l'essentiel dans le choix d'un bois sont, ses caractéristiques mécaniques et sonores. Les marchands de bois font leur sélection avec essentiellement des critères esthétiques; veines droites et serrées, absence de défaut, coupe sur quartier... On peut effectivement tomber sur des bois de second choix bien meilleur que des premiers choix, néanmoins il faut garder à l'esprit certains points incontournables dans le choix d'une bonne table. La coupe parfaite sur quartier est primordiale, un fil bien parallèle à la coupe est aussi important.
Il y a des luthiers qui préfèrent des tables avec des veines assez larges 1,5 à 2mm - c'est à priori un facteur de souplesse - d'autres préfèrent le contraire, surtout en lutherie classique. Je dirais que légèreté et rigidité sont les deux critères à avoir en tête - pour Daniel Freiderich une table intéressante en épicéa d'Europe doit avoir une densité compris entre 300 à 400kg/m3 - ce sont ces qualités qui favoriseront la bonne propagation du son.
La frappe de la table aussi permet de juger de la bonne propagation du son . Après en fonction des caractéristiques de la table, il faut adapter son barrage et/ou l'épaisseur de la table. Freiderich, Bogdanovitch, Fouilleul, Somogyi... font effectivement leurs éclisses avec du CTP dans le soucis de rigidifier la structure de la guitare. Les éclisses n'ont quasi pas d'incidence sur le son de l'instrument par contre si elles sont plus rigides il y aura moins de déformation et de perte d'énergie :
"Je travaille avec le perpétuel souci de stabiliser la structure qui tient la table et de la rendre sensible. Ainsi, les structures des éclisses étant plus lourdes, il n'y a pas de perte d'énergie dans les déformations mécaniques. Le risque est de se retrouver avec une sonorité froide, j'ai donc travaillé la conception du barrage de la guitare, pour lui redonner de la pâte sonore. La guitare s'en retrouve un peu plus lourde, mais aussi plus puissante et vivace " Jean-Marie Fouilleul.
Il faut savoir ce que l'on a entre les mains pour pouvoir adapter son travail. C'est à mon avis le point essentiel. P Corre

haut de page

 

 

 

Quelle méthode pour dégraisser et blanchir des os de pot-au-feu destinés à devenir des sillets?

Pour bien les blanchir, faire bouillir une demi-heure avec de l'eau mélée de cendre de bois (une bonne dose). Après, une fois poli, on croirait de l'ivoire! P Rik

D'accord ma méthode est primitive et il faut un jardin : j'enterre légèrement l'os un ou deux mois et tout un tas de petits organismes fourmis etc... nettoient tout et dégraissent aussi, si tu as un chien ça ne marche pas!
j'en ai toujours trois ou quatre dans le jardin, certains ont plusieurs années; l'eau de javel dégraisse trés bien aussi tu laisses tremper plusieurs jours et c'est beaucoup plus rapide mais moins écolo, l'ammoniaque doit marcher aussi mais je n'ai pas essayé et attention c'est dangereux. F Bordois

Pour ma part, je demande à mon boucher des tibias de boeufs, je les fait cuire une heure à la cocotte minute, puis je les fait tremper 2 à 3 heures dans de la lessive de soude diluée à 50%.
J'obtiens un os bien blanc et totalement exempt de graisse. JF Kerleo

 

haut de page

 

 

 

J'ai un tronc d'épicéa, comment le découper?

la meilleure methode est de le fendre, car tu gardes forcement le fil droit donc ta table sonne mieux et est plus solide.
Dans la pratique la plupart des tables sont sciées (question de rentabilité) surtout pour les instrument flat-top comme les guitares pour lesquelles arriver a fendre une table de 4mm régulière c'est du travail d'artiste!
Pour un violon je pense que c'est faisable par contre.
Sinon pour la technique il faut des coins et une masse. JL Gagne

 

Il faut que tu aies certains outils ou certains voisins ou copains qui les ont !!

1. une tronçonneuse pour faire des tronçons (avec une bonne marge car au séchage les extrémités se fendent tjrs un peu tu peux freiner le phénomène en imprégnant le bout avec de la parafine ) en fonction de ce que tu veux faire : des guitares je suppose ?
Pour les violons je sais que le meilleur n'est jamais ds le pied de bille (trop dense) mais à partir de 2 ou 3m du sol.

2. des coins et une masse ou (mieux !)une fendeuse hydraulique ou bien sinon un départoir de merrandier.

Peut-être as tu un voisin qui monte çà sur son tracteur : l'avantage de la fendeuse est d'avoir un coin trés large (+de 20cm ) donc çà fend moins en escaliers comme avec des coins manuels.

Sur ce site le n 8 est un départoir (en patois on dit "fende") tu tiens le manche et tu tapes sur le dos de la lame avec un maillet qd c'est bien engagé tu bascules latéralement sur le manche pour faire levier et çà fend, là aussi la lame est longue donc çà fend bien droit .C'est un outil que tu peux envisager de te fabriquer si tu n'en trouves pas ds une brocante ds les pays de vignes il y en a ds tous les greniers .

3. qd tu as fendu ton tronçon en 4 quartiers je ne vois pas d'autres solutions que d'utiliser une scie à ruban car si tu veux faire à la fende pour des tables de guitares tu vas en louper 9 sur 10 même pour les violons on ne fend plus (pareil pour les merrains de tonneaux).

Pour la fin je procède ainsi : passage du quartier à la dégauchisseuse et débit au ruban : çà fait une planche propre au moins sur un côté. et ainsi de suite un coup de dégau un coup de scie .
Ensuite il est difficile de raboter à la machine sans casse à 3mm évidemment j'ai du bol j'ai une calibreuse !! Mais tu peux trouver une entreprise qui en a une ds ton coin et qui te le fera. Je l'ai fait deux fois au rabot à main (stanley en fonte)c'est trés long mais c'est sympa ! F. Bordois

 

haut de page

 

 

 

J'ai des problèmes pour scier droit à la scie à ruban!

Désolé, mais il n'y a pas de secret, le sciage en crabe avec une scie a ruban lame neuve ou pas c'est une tradition, et même avec des grosses bécanes .. j'ai un ami ébéniste a qui je parlais d'un problème, justement concernant le sciage a la scie a ruban avec guide,et il m'a dit que sur de grandes longueurs, il ne fallait surtout pas employé ce systéme.... mais bien le sciage un coup a droite... un coup a gauche pour aller droit .. Quand j'utilise le guide pour faire des placages par exemple, je me sert toujours d'une équerre avant de mettre la machine en route car là aussi, on est jamais comme il faut ..
Et que la scie a ruban en question soit le Top du Top, (chère) ou de chez Mr Bricolo a trois francs six sous .. c'est pareil ..P Martines

La question est peut on améliorer l'existant ? A contrôler la tension de la lame ni trop ni trop peu la vitesse de coupe parfois trop rapide et le guide lame supérieur ( lorsqu'il y en a un ) qui doit être descendu au maximum pour restreindre le vrillage.de la lame
Le guide de coupe est contrôlé en parallélisme avec la gorge ou le bord de la table une mesure à hauteur de lame et à chaque extrémité au réglet. Un infime défaut de parallélisme contribue au vrillage de la lame et ça dérape.
Ceci dit , on ne peut pas faire de miracles il faudra fignoler la coupe. M Clavier

 

haut de page

 

 

 

 

 

 

Une raboteuse-dégauchisseuse, est-ce bien utile en lutherie?

La rabot /degau est a mon avis LA machine fixe à acheter. mais il faut se tourner vers des appareils fiables et semi pro pas dans les brico dépotmarché..... pour ma part j'ai trouvé une INCA d'occase mais avec des fers neufs pour 250 euros et je ne la revendrai pour rien au monde...P Bonotto

La rabo-dégau est LA machine incontournable. Par contre, pour certains bois comme l'érable ondé, qui ont tendance à avoir du fil dans tous les sens, il est bien d'avoir une calibreuse pour terminer le travail. Pour ma part, je n'en ai pas, alors je termine au racloir et à la cale à poncer. J'ai une combinée Kity depuis plus de 20 ans et avec la dégau (210mm) je descend à 3mm sans pb sur des bois sans contre-fil, sinon je termine à la main. La scie à ruban Kity également, même si ça manque de souffle sur les gros débits, ça me rend un service énorme. Et ce genre de machines d'occase, ça ne doit pas coûter bien cher, à condition d'avoir de la place. C'est d'ailleurs mon drame car j'ai un atelier (le rêve de beaucoup!) mais assez petit et plein comme un oeuf! Plus la place de mettre une calibreuse! J Gruau

Pour mettre à l'épaisseur la calibreuse est le top, la rabo dégau marche bien mais j'ai flingué du palissandre avec , depuis je fais avec un bricolage: une table aspirante deux rails et une défonceuse réglée pour bouffer jusqu'à une peu plus que l'épaisseur finale je termine en ponçant et au racloir. P Allard

Pour ce qui est de la rabo-dégo, on peut dire que c’est incontournable. Son seul problème, c’est en rabotage pour les petites épaisseurs. Aux alentours de 2,5mm, le bois se lève en sortie et il éclate sous le fer. On peut ruser en collant les pièces fines sur une planche de 20mm au double face. Mais le mieux, si tu as les moyens, bien sur, c’est d’acheter aussi une calibreuse. Personnellement, je pense même qu’une calibreuse est plus utile en lutherie qu’une rabo-dégo. On souvent besoin de fines épaisseurs, pour les filets et autres… ouais, pour moi, y a pas à chier, la calibreuse c’est une machine magique ! J Kerleo

J'ai personnellement 2 machines combinées une lurem 2000 (200mm) depuis + de 20 ans j'ai fait mes meubles, 2 bateaux et des instruments avec ce n'est donc pas une idée farfelue ! j'en ai une plus grosse 310mm à la campagne, où j'ai plus de place, et la reprise de ma vieille 2000 ne valait pas le coup, je l'ai gardée j'ai aussi une ponceuse-calibreuse à rouleau et une petite scie à ruban tout çà est trés appréciable pour la lutherie comme pour le reste, essaie de trouver un modèle en fonte : çà vibre moins et c'est plus fiable ! la toupie fait l'effet d'un épouvantail mais n'oublie pas que la dégau peut être aussi dangereuse ! ma petite Lurem rabote au plus fin à 3mm sur des bois pas ondés et sans noeuds ni contrefil au delà, je calibre même à moins de 1mm (j'ai fait du placage ! !) ma 310 ne descend qu'à 5mm et çà éclate facilement. F Bordois

haut de page

 

 

 

Quelles sont les épaisseurs sur une table de violoncelle?

L'épaisseur d'un milieu de table de violoncelle varie entre 4,5 mm et 5 mm .
L'épaisseur vers le haut varie entre 4,1 mm et 4,5 mm
L'épaisseur vers le bas varie entre 4,2 et 4,7 mm
La tonalité générale de la table peut varier entre ré et do dièse...
Tout dépend bien sûr du bois avec lequel on travaille.... JM Liégeois

 

haut de page

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Accueil

Luthiers amateurs:

A B C DE FGH IJK L MN OPQ RST UVW XYZ

Jean Weinfeld

Atelier

Fabrication

Pratique

Théorie

Plans

Restauration

Outillage

Bois

Livres 

Liens

FAQ

Lexique

Le guide

Quatuor

Bouzoukis

Banjos

Ukulélés

Dobros

Epinettes/Dulcimer

Luths/Ouds

Mandolines

Laps Steels

Anciens

Harpes/Lyres

Basses

 

©2000-2016 www.luthier-amateur.org